Tess d’Urberville de Thomas Hardy (13 sur 207)

Tess…
J’en attendais beaucoup de ce livre, je ne sais d’ailleurs trop pourquoi, sans doute en ais-je entendu parler dans un quelconque roman et l’image m’a suivie.
J’ai toujours retardé le moment de lire Thomas Hardy, me doutant que je n’aimerais pas.
Le destin de Tess, aînée d’une famille de paysans au père fainéant et à la mère paresseuse et rêveuse, n’est franchement pas rose.
Elle est jolie Tess, et cela semble être le soucis. Trop belle, trop charmante, trop innocente. Sa vie va être une succession de malheurs sans fin jusqu’à un final fatal.
Je ne sais pas si je n’étais pas dans l’esprit tragique, mais j’ai trouvé ça lourd et pesant. Les seuls moments agréables résidant dans les descriptions de l’héroïne quand elle est encore fraîche, dans les rares instants bucoliques et innocents.
Bref, loin d’être inoubliable pour moi.

Advertisements
Cet article a été publié dans défi des livres à avoir lus, Littérature classique. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Tess d’Urberville de Thomas Hardy (13 sur 207)

  1. Aymeline dit :

    Cela prouve bien qu'il y a des livres jugés "cultes" qui ne sont pas exceptionnels en tant que tels mais plus par leur influence sur d'autres écrivains.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s