La scribe de Antonio Garrido

Soyons honnêtes, c’est bien gentil de faire des lectures sérieuses, mais des fois on a besoin d’une pause un peu plus fun, et rafraichissante !
J’ai récemment pris le train et quand je le prends j’aime m’arrêter au relai presse et me dénicher un ou deux bouquins. (j’y ai fait des découvertes, notamment le cercle littéraire des amateurs d’épluchure de patates, ma révélation coup de coeur de l’été dernier) Cette fois ci j’ai choisi La scribe.
Pour le titre déjà. Scribe ça évoque énormément de choses, et une femme scribe, ça ne peut que me séduire. Pour la quatrième de couverture ensuite :

« Et si une jeune scribe tenait entre ses mains le destin de l’Occident ?
Franconie, an 799, à la veille du sacre de Charlemagne. Fille d’un célèbre scribe byzantin, Theresa est apprentie parcheminière. Contrairement aux jeunes femmes de son âge dont le rêve est de fonder une famille, elle n’aspire qu’à une chose : vivre parmi les livres. Mais un drame l’oblige à quitter sa ville et à se réfugier dans la cité abbatiale de Fulda. Là, elle devient la scribe du moine Alcuin d’York, véritable Sherlock Holmes en robe de bure. Alors que Theresa l’assiste dans ses enquêtes, elle découvre qu’à son insu elle a emporté dans sa fuite un précieux parchemin qui pourrait bien sceller l’avenir de la chrétienté… « 

Et pour l’époque. Le moyen âge, époque qui m’a toujours fascinée et dont on ne parle pas assez à mon sens. (d’ailleurs, il y a des livres formidables qui s’y passent, je pense aux policiers de C.L Grace, ou encore Le nom de la rose)

Le livre mêle plusieurs intrigues, on suit surtout Thérésa, bien que le début commence par la plume de son père (et m’a totalement bluffée parce je me suis trompée du tout au tout en faisant des hypothèses qui se sont révélées fausses). C’est une jeune femme passionnée de lecture, très entière et ambitieuse. Elle se retrouve obligée de fuir son village par de malheureux événements, et rencontre un jeune homme auquel elle va finir par s’attacher. Elle le perdra de vue plusieurs fois au cours du récit, mais je n’en dis pas plus. Après quelques rencontres fortuites, elle finit par entrer au service d’un drôle de moine Alcuin (j’adore ce prénom), qui a un sens de l’observation très pointu et dont les déductions sont passionnantes.

Ajoutez à cela des aventures, des morts suspectes, une histoire de manuscrit mystérieux, un peu d’amour, et beaucoup de surprises (avec des personnages qui se révèlent ne pas être ce qu’ils sont vraiment) et vous avez un bon roman qui se lit très bien. Une bonne lecture distrayante en somme!

Cet article a été publié dans Policier, Romans. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour La scribe de Antonio Garrido

  1. Aymeline dit :

    Tu donnes envie de lire ce roman, quand j'aurais suffisamment oublié le cours d'arts du Moyen Âge où on parlait de Fulda je le mettrai sur ma looooongue liste de livres à lire 🙂

  2. Nicolas dit :

    J'ai moi aussi beaucoup apprécié ce roman, passionnant et foisonnant!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s