L’affaire Jane Eyre de Jasper Fforde.

Difficile de savoir comment parler de cet ovni littéraire. Si ce n’est en disant que c’est l’un de mes livres préférés.

A mon sens, le patronyme de l’héroïne veut tout dire : Thursday Next.

L’intrigue se déroule dans une autre vision de notre monde, en 1985,  son héroïne est une littéraTec (aka détective littéraire) qui enquête sur en autres, la découverte de manuscrits originaux, leur identification et ce genre de petites choses particulièrement savoureuses. Beaucoup de choses sont différentes dans le monde de Thursday. Anglaise, elle a fait la guerre de Crimée qui est toujours en cours, elle a pour animal de compagnie un dodo, son père est dans la Chronogarde et n’existe pas sur le papier (son métier est de voyager dans le temps, rien que ça), son frère est ministre de l’ESU (l’être suprême universel, courant religieux ouvert à toutes les religions et résolument pacifiste), et son oncle est un inventeur fou.
Au début de l’histoire, elle vit à Londres et est chargée d’enquêter sur le vol d’un manuscrit Martin Chuzzlewit de Charles Dickens. Il s’avèrera que le voleur est un de ses anciens professeurs, répondant au nom d’ Acheron Hadès (Hé oui !) et qu’elle est l’une des seules à pouvoir l’identifier formellement. Blessée en tentant de l’appréhender, elle a l’hôpital une vision d’elle même lui disant de postuler à une offre de détective littéraire dans sa ville natale, Swindon. C’est là que l’aventure se met tout à fait en route.

Ensuite, le lecteur assiste à un florilège de bizarreries plus drôles les unes que les autres, allant des vers (les animaux) correcteurs de fautes d’orthographe inventés par l’oncle Mycroft, à un voyage dans le roman Jane Eyre, en passant par une foule de petits détails que je vous laisse le soin de découvrir.

Pour moi Jasper Fforde est à l’uchronie ce que Pratchett à la fantasy. Il renouvelle le genre, fait des clins d’oeils à ses lecteurs et leur donne envie d’aller voir plus loin, de découvrir les manuscrits cités dans le livre, et permet tout simplement de s’évader.
C’est amusant, irrévérencieux, une vraie bouffée d’oxygène comme on aimerait en avoir souvent.

(et j’ai de toute façon une certaine passion pour les livres de fiction qui ont pour thème les livres, j’aime les mises en abyme…)

Advertisements
Cet article a été publié dans Littérature contemporaine. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

5 commentaires pour L’affaire Jane Eyre de Jasper Fforde.

  1. Blod' dit :

    un bon roman dont le seul défaut est d'être british. L'idée est excellente, l'ensemble est bien foutu et possède suffisamment de bizarrerie pour le rendre définitivement attachant.

  2. maggie dit :

    Je n'étais pas attiré par ce livre : j'ai déjà fait l'expérience de romans qui utilisait le nom d'une héroïne pour en faire n'importe quoi mais celui-ci me tente bien. Ce n'est aps le premier billet élogieux que je vois… Je suis en train de changer d'avis pour ce roman…

  3. Eiluned dit :

    Maggie, j'en suis ravie si ça te donne envie :)Il est vrai que les romans qui utilisent des héros ou héroïnes déja connues comme terreau publicitaire ne sont que rarement des réussites ^^ Mais celui là est une exception 🙂

  4. Irrégulière dit :

    Cela fait vraiment longtemps que j'ai envie de le lire, et tu réactives cette envie !

  5. Eiluned dit :

    Irrégulière : Je te le conseille vivement :)Et suis contente de raviver ton envie ^^

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s