La collection du mardi.

Je me suis dit que j’allais commencer une série d’articles pour vous parler d’une de mes collections. Dans ce post ci , je parlais de ma collection de livres sur la mode, en précisant que ce n’était pas la seule de mes marottes.
Dans le même registre, j’en ai une un peu plus importante, sur un domaine que j’adore depuis enfant, le domaine du merveilleux. Fées, lutins, illustrations sur le domaine de la fantasy en général, le sujet est vaste et inépuisable.

A partir d’aujourd’hui et pour quelques semaines, je vous parlerais en détail d’un de ces livres, qui sont majoritairement des livres « d’images », ou des encyclopédies.

Commençons avec mon premier coup de cœur, un livre que j’empruntais à la bibliothèque il y a bientôt dix ans, et que je finis par me faire offrir il y a quelques années.

La grande Encyclopédie des Fées, de Pierre Dubois (avec des dessins de Claudine et Roland Sabatier).

Les fées y sont classées en plusieurs catégories : « Les dames des nues et du temps » où on peut trouver en autres, les Valkyries, dame Holle, et Babouchka, « Les fées et fés du foyer » avec les Laumes, la Vouivre, Mélusine… « Les reines d’or du monde du milieu » dont la Banshie, les Filandières, les Lavandières, les Apsâra, « Les fées de la mer et des eaux douces » qui comprennent notamment, les Sirènes, les Chevaux fées, la Groac’h… « Les demoiselles des verts royaumes »  avec les Arbres Fays, les Dryades, les Pillywiggins et autres dames vertes. « Les aériennes des rêves infinis » avec les Streghes, Les Willies et danseurs de brume…

Pour chaque fée, fay, ou fey évoqué, on y détaille leur histoire, mais aussi leur taille, aspect, vêtements, nourriture, habitat, moeurs et activités, le tout illustré de charmants dessins et de citations.

C’est le genre d’ouvrage que l’on peut ouvrir pour sortir du temps, et rêvasser d’un monde aux couleurs de l’arc en ciel, où l’imagination est reine, et où l’horizon n’a pas de limites.

Quelques petits dessins pour vous donner envie :

Morgane la Fée, peut être la plus énigmatique et sombre des fées arthuriennes, et bien sûr, ma préférée.

Une nymphe , toute droit sortie de la Grèce antique.

Berchta, venue du nord.

et Mélusine, bien sûr, la française, au cœur brisé, et à l’allure serpentine.

J’espère que je vous aurais donné envie de vous plonger dans ce charmant ouvrage !

Cet article a été publié dans beaux livres, la collection du mardi. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour La collection du mardi.

  1. Irrégulière dit :

    Très bonne idée cette "collection du mardi" ! J'aime bien voir les marottes des autres !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s