Une autobiographie d’Agatha Christie.

Vous l’aurez peut être déjà compris, je suis une grande fan d’Agatha Christie. Femme fascinante s’il en est, autant de par son oeuvre, vaste et variée, que de par sa vie.
J’avais déjà lu une biographie sur elle, mais je suis tombée sur son autobiographie à la médiathèque l’autre jour alors forcément…

Autobiographie donc, et du coup, partiale. Et si d’autres auteurs prennent le parti pris, souvent sans l’honorer, de dire tout sur leur vie, Agatha Christie annonce dès le début la couleur. Elle ne parlera que des choses qu’elle se plaira à se remémorer.
C’est donc un voyage organisé à travers sa mémoire que le lecteur s’apprête à commencer.

Les parents d’Agatha ont fait un mariage d’amour, fait il me semble plutôt heureux pour l’époque. Sa mère était amoureuse de son père depuis sa plus tendre enfance. La différence d’âge existant entre eux n’a jamais semblé être un problème.
Du coup l’enfance d’Agatha Christie est charmante. Elle semble avoir vécu dans son petit monde de fille fantasque, créant et animant ses personnages, parlant seule pendant de longues heures. On sent poindre les prémices d’une futur romancière tant son imagination est déjà débridée en étant toute enfant.
Malgré les problèmes d’argent de ses parents, réglés en partant quelques fois à l’étranger, notamment en France, où la vie est moins chère, elle semble garder de son enfance un souvenir tendre et doux.
Sa mère, personnage assez important de la vie de la petite fille, semble être une créature étrange, animée par des coups de tête, des élans d’imagination, des idées saugrenues.
A la mort de son père, la vie change pour la jeune fille. Elle va parfaire son éducation dans diverses écoles, faire son entrée dans le monde en Egypte, et tomber amoureuse plusieurs fois avant de rencontrer Archibald Christie et de se fiancer avec lui.
La guerre arrive et pendant que son fiancé entre dans l’armée de l’air, elle travaille auprès d’infirmières. Elle finira par se retrouver à la préparation de médicaments, et du coup, de se forger un solide bagage sur les poisons et autres joyeusetés de ce genre, ce qui lui sera fort utile par la suite.
Arrive bientôt l’écriture de son premier roman, puis un certain succès, et après un désastre familial, et la mort de sa mère, l’échec de son mariage avec Archibald Christie. (que j’ai détesté d’ailleurs, pourtant Agatha Christie semble dire que c’est de sa faute à elle si son mariage a échoué, mais personnellement j’ai trouvé le portrait de son mari assez rebutant. Inconstant et plutôt égoïste.)

Comme délivrée après un mariage qui ne lui laissera qu’une fille, Agatha s’en va à Bagdad, rien que ça ! Quel courage pour une femme de cette époque de partir à l’aventure ainsi seule… C’est durant ce voyage qu’elle fera la connaissance de son futur mari Max (qui me plait beaucoup plus que le premier !)

Le reste du livre , même s’il est très intéressant, me semble un peu difficile à évoquer. Elle y parle de sa vie avec Max, d’archéologie, de la seconde guerre mondiale.

Ce que je retiens de cette autobiographie, c’est un portrait d’une femme en avance sur son temps, très intelligente et à l’imagination féconde, au courage hors du commun. Une femme qui aura connu les premiers vols en avion, l’arrivée de la voiture (il y a des passages s’y rapportant, que j’ai beaucoup aimé), une lectrice acharnée, (Dickens, Shakespeare, et tant d’autres.), et surtout, une personne que j’aurais adoré connaître ! C’est ce qui ressort le plus pour moi, c’est qu’en refermant le livre je me suis dit, quel dommage de ne pas avoir eu le bonheur de discuter avec elle. (et du coup, hop, j’ai eu envie de retrouver Tuppence, Poirot, ou cette chère Jane Marple !)

Vous trouverez un avis plus pointu et intéressant que le mien (décidément, je trouve que je suis un peu brouillonne parfois, va falloir que je travaille ça !) chez Maggie

Cet article a été publié dans Biographies. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

7 commentaires pour Une autobiographie d’Agatha Christie.

  1. Irrégulière dit :

    Je note, ça pourrait me plaire !

  2. zarline dit :

    Je ne suis de loin pas une experte Agatha Christie (j'ai dû lire max 2-3 de ses livres et ça remonte à pas mal de temps) mais j'ai beaucoup aimé lire ton billet et en apprendre plus sur cette écrivaine. Je lirai peut-être le livre, et qui sait, ça me donnera peut-être envie de me replonger dans les aventures de Poirot 😉

  3. maggie dit :

    Merci ! J'ai trouvé certains moments longs… mis dans l'ensemble, je suis assez admirative de la femme et bien sûr de son oeuvre !

  4. Aymeline dit :

    En tant qu'étudiante en archéologie je ne peux qu'apprécier Agatha Christie 😀 J'ai lu énormément de ses romans et j'adore son immense talent qui fait qu'on est immanquablement surpris par la fin !

  5. Alicia dit :

    J'aimerais beaucoup lire cette autobiographie.. je connais si peu la romancière enfin de compte :O

  6. Eiluned dit :

    Maggie: oui quelques longueurs, mais effectivement quelle femme !Aymeline : Ah ben oui forcément :pEt c'est clair que pour l'époque, quel talent pour le suspense !Alicia : Je te le conseille, parce que j'ai appris pas mal de choses !

  7. Lilly dit :

    Il est très bien ce billet, tu dis n'importe quoi ;)J'ai acheté ce livre suite au billet de Maggie, et ça fait un bon moment que je me dis qu'il faut que je me replonge dans Agatha Christie, j'aimais beaucoup la lire à l'adolescence.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s