Blanche ou la triple contrainte de l’enfer

1870, Paris. Nous sommes en pleine guerre franco-prusse, et Blanche, jeune fille volontaire de dix sept ans, se retrouve prise au piège à Paris, ayant raté à cause de la foule, le dernier train pour la province, pris par ses parents et ses sœurs. Heureusement, son oncle, le commissaire Gaston Loiseau, est là pour veiller sur elle, entre deux enquêtes. Oui mais voilà, c’est sans compter sans la curiosité de Blanche, sur son goût pour les mystères, et son envie d’être enquêtrice. Le commissaire et sa nièce vont se retrouvés mêlés, l’une se cachant de l’autre, dans une histoire qui fleure bon la magie, les mythes, et l’étrange.

Je me demande encore pourquoi je n’ai pas lu ce roman avant? Peut être la classification jeunesse? Heureusement, suite à la lecture commune de la Trilogie Morgenstern, Syl, Aymeline et moi avons décidé de lire l’autre trilogie d’ Hervé Jubert (enfin, c’est Syl qui l’a proposé, je crois), et heureusement !
L’auteur n’a pas son pareil pour nous plonger dans une époque chaotique, dans une ville assiégée, où les préoccupations changent du jour au lendemain. Une ville où d’ordinaire, une jeune fille aurait du se tenir à carreau, mais où elle peut, dans le capharnaüm ambiant, devenir infirmière auprès des blessés, et enquêter en parallèle. Blanche est le type même de l’héroïne que j’aime. Discrète, tenace, intelligente et dégourdie, son apparente innocence embobine tout le monde et surtout son oncle, qui se laisse mener, à son insu, par le bout du nez. Si l’histoire à des relents fantastiques, présence de ballons montgolfières qui servent à apporter les messages, magie, voyance, on reste dans un monde très fouillé et crédible et la subtilité des choses fait qu’on pourrait complètement se croire être en train de lire un policier historique. La plume d’Hervé Jubert est fine, délicieuse par ses tournures, et il nous campe une galerie de personnages tous plus intéressants les uns que les autres.
De Klosowski à Nadar, en passant par Léo, et surtout, surtout, avec Salmacis, qui après Blanche est mon personnage préféré (je ne sais trop comment y penser d’ailleurs. En le plaignant? En le trouvant horrible? Quelle ambivalence !).
Que dire de plus si ce n’est qu’encore une fois, un roman jeunesse prouve bien que la littérature pour enfants vaut parfois bien celle des adultes et qu’il serait dommage de s’y arrêter… Il est évident qu’il me tarde de lire la suite !

Vous pouvez déjà aller lire les avis d’ Aymeline et de Syl.
(d’autres à rajouter plus tard)

Cet article a été publié dans coups de coeur, fantastique, roman jeunesse. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

11 commentaires pour Blanche ou la triple contrainte de l’enfer

  1. Syl. dit :

    Bonjour,Je vais être en retard, j'écris ce matin mon billet.Très contente que ce livre t'ait plu parce que moi aussi j'ai aimé !Bises, à tout à l'heure…

  2. Aymeline dit :

    Je suis en retard moi aussi, je n'ai pas eu le temps d'écrire mon billet mais je le mets en ligne ce soir c'est promis🙂 ps : même avis que toi j'adore !

  3. Eiluned dit :

    Syl : Hâte de le lire alors !Aymeline : Décidément, c'était moi qui était en retard, maintenant c'est vous deux :p

  4. Syl. dit :

    Et mon retard s'accumule !!! Et dire que je l'ai lu en septembre ! Tu ne mets pas ton logo steampunk ?

  5. Eiluned dit :

    Syl : Ben je sais pas si on peut vraiment considérer ça comme du steampunk. A la rigueur c'est de l'uchronie, mais du steampunk? Pas assez de machines à vapeur ou de technologie hybrides…

  6. Syl. dit :

    On verra ça dans les tomes suivants. Tu te trouves un peu seule pour cette LC ??? Je suis revenue à mon bureau, je continue mon billet. Je me suis absentée cet aprem… A++

  7. Eiluned dit :

    Syl : Mais non, vous faites toutes les deux durer le suspens, c'est tout🙂

  8. Syl. dit :

    C'est fait ! Je crois bien en même temps que toi… Je vous attends chez moi les filles…Sharon lira le bouquin avant la fin de la semaine. Elle nous accompagnait.Bises et bonne nuit !

  9. J'aime beaucoup le titre déjà et l'histoire à l'air bien ! A le XIXeme siècle j'adore cette période !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s