Guide de l’incendiaire des maisons d’écrivains en Nouvelle-Angleterre de Brock Clarke

Sam Pulsifer, sort de prison après avoir purgé sa peine pour avoir brûlé la maison d’Emily Dickinson, (et accessoirement, les deux guides qui y dormaient…). De cet « accident », il n’est ni fier, ni honteux, et tente de revenir à une vie normale en revenant chez sa mère, professeur de lettres, et son père, qui travaille chez un éditeur. Des lettrés donc. Sont-ce les histoires horribles que lui contaient sa mère qui l’ont poussé à ce crime? Toujours est-il que notre Sam, arrive à reprendre une vie normale, se marie, a des enfants, et une carrière correcte. Jusqu’au jour où l’enfant du couple qu’il a tué par accident, vient sonner à sa porte.
C’est le début des ennuis.

Il est difficile de vous parler de ce roman absurde, drôle et tendre, farfelu jusqu’à l’extrême, qui va de digressions en digressions, sans que nous soyons perdus pour autant. La richesse de ce roman, outre son héros étrange au possible, détaché et peut être un peu simplet, voire naïf, ou inapte au monde, c’est sa galerie de personnages, et ses évocations littéraires. Parce que le père de Sam a gardé les lettres que son fils a reçu quand il était en prison, des lettres de demandes. Parce qu’on lui a écrit à cet incendiaire, pour qu’il vienne débarrasser d’autres personnes de maisons d’écrivains. Et quand quelqu’un se met à incendier ses mêmes maisons, Sam part à la rencontre des gens qui lui ont écrit. Je ne vous parlerais pas de tous, pour vous laisser des surprises, mais il y a notamment une professeur ordurière au possible, plus qu’haute en couleurs !
Sam découvre également des vérités sur ses parents, sur leur vie, sur lui même. Sans se trouver. Parce qu’il est perdu, dépassé.
C’est donc un roman à la fois triste et drôle, absurde et intelligent, très riche, et qui s’il ne donne pas envie d’aller incendier des maisons d’écrivains, donne envie de continuer à lire, encore et encore, ne serait-ce que pour découvrir ou redécouvrir les écrivains cités.

Cet article a été publié dans littérature américaine. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

3 commentaires pour Guide de l’incendiaire des maisons d’écrivains en Nouvelle-Angleterre de Brock Clarke

  1. Aymeline dit :

    Voilà un livre qui semble assez original, je note !

  2. Miss Price dit :

    Ce livre a l'air passionnant, tu me donnes envie de le lire 🙂

  3. Karine:) dit :

    Il m,attend dans la pile… il faut vraiment que je l'en sorte! Tu donnes envie, en tout cas!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s