Meutre à Shakespeare de Charlaine Harris.

Ne vous laissez pas avoir par la couverture assez… Grotesque? Trop gothique? Trop orientée Bit-Litt?
Enfin bref, la couverture n’a rien avoir avec l’histoire. Mais alors rien de chez rien.

Lilly Bard est une femme de ménage silencieuse et sauvage, qui se contente de faire son boulot tranquillement chez ses nombreux clients, et de s’adonner passionnément aux arts martiaux pendant son temps libre. Elle est insomniaque, et un beau jour, lors d’une de ses promenades nocturnes, elle découvre le corps d’un de ses voisins. Plutôt que d’appeler la police, elle fait disparaître les preuves de son passage et passe un coup de fil anonyme au commissaire local.
Mais elle sait qu’il peut à tout moment faire le lien avec elle, et qu’elle a intérêt à savoir qui a tué le mort, et vite. Sinon, c’est elle qui risquerait de se faire arrêter.

Si vous êtes des habitués de Charlaine Harris, que ce soit avec la communauté du Sud, ou Harper Connelly, vous savez que celle-ci donne dans le fantastique. Ce n’est pas du tout le cas ici.
Non, nous sommes plutôt dans la veine policière. Ca change, et ça fait plutôt plaisir.
J’ai beaucoup aimé suivre le quotidien de Lilly, qui grâce à son travail de femme de ménage sait tout sur tout le monde et peut enquêter doucement sans vraiment se faire repérer. Elle est étrange, peu polie, son mutisme est profond, mais peut être est-ce pour ça que ses clients se confient facilement à elle?
Bien sûr Lilly a un passé, soigneusement enfoui, caché au plus profond d’elle même, et elle ne tient pas du tout à ce qu’il resurgisse. Cela lui donne une profondeur, une façon autre de voir les choses. Il est sympathique de ne pas le savoir tout de suite, mais un peu plus loin dans la lecture, et de pouvoir faire quelques théories.
Une agréable lecture, bien que j’ai trouvé la fin un poil abrupte. Ca ne restera pas non plus dans les annales, mais ça se laisse tout à fait lire !

Advertisements
Cet article a été publié dans Blablas. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

5 commentaires pour Meutre à Shakespeare de Charlaine Harris.

  1. claudialucia dit :

    C'est vrai qu'avec la couverture on s'y tromperait! Moi c'est le titre qui m'attirait avant de te lire : Shakespeare! Mais Shakespeare dans tout ça? c'est une ville, une banlieue?

  2. Eiluned dit :

    C'est une petite ville oui ! C'est surprenant, n'est ce pas?

  3. Asphodèle dit :

    Ca ne me dit rien du tout en ce moment, peut-être parce que ma PAL sature et que je la mets au dégraissage, alors, je ne note plus rien avant un mois !!! 🙂

  4. Syl. dit :

    Je note même si j'ai été déçue par l'auteur. Je me fie à ton jugement !Bisous

  5. Aymeline dit :

    effectivement on s'y tromperait! je testerai peut-être 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s