La cité des ténèbres, tome 1 de Cassandra Clare.

Même si je n’ai pas beaucoup de temps pour lire (ou du moins surtout pour faire des articles) ces derniers jours, à cause des préparatifs de Noël, du calendrier de l’avent, et de cadeaux d’anniversaire home made (ce qui prend un temps fou, surtout quand on est une obsédée de la perfection), je me suis dit qu’avant de commencer à rentrer dans la joyeuse période du calendrier, j’allais vous faire un petit article sur un livre, quand même. Sinon on va finir par croire que ce n’est plus un blog de lecture ici ! C’est parti pour une bonne surprise, même si ça s’annonçait mal.

Quand j’ai vu la couverture de la cité des ténèbres, mes sourcils ont esquissé un mouvement qui souvent, chez moi, veut dire « non je ne lirais pas cette chose qui si son ramage se rapporte à son plumage, doit franchement craindre ».

Mais voilà, quand une amie vous dit  » lis tu vas adorer », on s’incline non?  Alors j’ai commencé.

Avant de vous livrer mon avis ô combien important, n’est-il pas, je vais brièvement vous résumer l’histoire de la cité des  ténèbres.

Clarissa, aka Clary pour les intimes, (et pour le lecteur la plupart du temps), est une jeune fille banale. Petite, rousse, flanquée d’un meilleur ami à l’humour douteux mais absolument savoureux, elle adore passer son temps en boite de nuit. Comme elle est plutôt sympa, on lui pardonnera ce manque de goût flagrant.  Clary vit avec sa mère, Jocelyne (oui l’auteur a une passion pour les prénoms pourris, [désolée si vous vous appelez Jocelyne]), une artiste excentrique, qui si elle est un brin décalée, n’en est pas moins une mère sévère et appliquée. Un soir alors que notre Clary voulait se trémousser au son d’une musique aussi mauvaise qu’assourdissante, elle a un petit coup de foudre pour un jeune homme aux cheveux bleus, qui se voit accaparé par une donzelle sexy en diable. Pas de bol Clarissa. Le problème c’est que le jeune homme en question est suivi par deux types pas nets, et que n’écoutant que son sens de la chevalerie, notre Clary décide de le suivre.

Elle n’aurait pas du. Les héros font toujours des mauvais choix. Sans ça, elle serait encore en train de mener sa petite vie tranquille, mais non, les hormones, que voulez vous. Rattrapant le joli jouvenceau, elle le découvre torturé par trois individus peu recommandables, qui semblent passablement surpris qu’elle puisse les voir.

Et c’est le début des ennuis pour Clary.

Si vous pensez que je suis en train de vous vanter les mérites d’une énième romance mâtinée de fantasy, je vous arrête tout de suite.

Ce qu’il y a d’important ici, c’est l’aspect fantastique, le monde créé par l’auteur, que nous découvrons en même temps que Clary.  Un monde pas très rose d’ailleurs, où les démons existent, ainsi que tout le bestiaire « habituel » du fantastique : fées, vampires, loups garous, sorciers…

Un monde de batailles, de complots, qui se déchire, s’entretue, et où un même camp se déchire.

Un monde de magie, de runes, d’innocence vite perdue, de morts, de supers méchants censés être morts et qui ne le sont pas.

Bref, un endroit où il fait bon vivre n’est-ce pas?

On mixe ce petit monde avec des personnages bien campés, à l’humour souvent dévastateur, à l’ironie mordante et complètement désabusés, à qui se frotte notre héroïne qui ne se laisse pas raconter de carabistouilles et qui ne pleurniche pas sur son sort. On ajoute une bonne dose de personnages ambivalents, on saupoudre le tout d’une histoire familiale hyper compliquée, et on rajoute des révélations de fin de tome fracassantes, pour arriver à un roman qui s’avale avec délices, et une saga comme on en redemande.

Une recette qui marche, je suis conquise et je vais m’empresser de lire la suite.
Merci à ma très chère Solène pour cette idée de lecture !

Cet article a été publié dans coups de coeur, fantastique, Fantasy, littérature jeunesse. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

4 commentaires pour La cité des ténèbres, tome 1 de Cassandra Clare.

  1. Solène dit :

    Mais je t’en pris ce n’est rien. Pour une fois que je te fais découvrir un livre toi qui lis bien plus que moi^^
    Haha oui elles laissent un peu à désirer les couvertures même si elles sont quand même plus sympa que celles de l’édition Pocket Jeunesse qui montrent un manque flagrant d’originalité brrrr horribles.
    Très chouette saga. L’auteure s’inspire énormément de grands classiques du fantastique tout en apportant ses propres idées. Une très bonne surprise!

  2. Solène dit :

    Je t’en prie c’est mieux OO

  3. Asphodèle dit :

    Malgré tes trémolos, je crois que je vais passer mon tour sur ce coup là ! Je ne dis pas que…mais pas pour le moment, la PAL est bien trop chargée ! Bises♥

  4. Syl. dit :

    Et en plus la couverture du livre est assortie à ton blog. Je note… ma bibliothèque municipale doit l’avoir.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s